Pourquoi investir dans l’immobilier haut de gamme ?

La pierre est depuis plusieurs années un placement sûr et durable quelle que soit la catégorie des logements. En effet, malgré la crise économique, l’immobilier de luxe reste un secteur dynamique et rentable qui répond aux exigences d’une clientèle spécifique. Si vous pensez investir dans l’immobilier haut de gamme, voici quelques avantages du résidentiel de plaisance qui devraient conforter votre choix.

Faire des bénéfices dans le prestige

Les résidences locatives sont des types d’investissement durables dont la valeur peut accroître au fil du temps. Il s’agit ainsi d’un capital rentable qui vous permet de faire plus de bénéfices à chaque hausse des prix du marché. S’il est avéré que l’effet inverse peut se produire, néanmoins, les propriétés de luxe répondront toujours à une demande. D’ailleurs en 2015, le secteur a connu une hausse de 2 % de plus que le reste du marché.

En effet, l’immobilier de haut de gamme répond à un souci de goût pour le luxe. La majorité des acquéreurs de ce type de résidences voient en cet investissement la consécration de leur succès. Vous êtes donc assuré d’avoir toujours à portée de main une clientèle prête à dépenser une fortune pour le prestige que leur apporte une propriété raffinée. Pour réussir votre projet, vous pouvez investir dans l’immobilier haut de gamme avec https://www.kermarrec-premium.fr, des conseillers spécialistes des transactions immobilières de prestige.

Des logements plus accessibles

Si l’environnement de l’immobilier haut de gamme était réservé qu’aux riches contribuables, il est aujourd’hui possible d’acquérir un appartement de luxe à un prix avoisinant les 150 000 euros. De plus, si vous devez réaliser des travaux de réhabilitation, vous bénéficiez d’avantages fiscaux non-négligeables qui sont déterminés en fonction du coût des travaux. Plus la valeur des travaux est élevée, plus l’intérêt fiscal sera de mise.

Cet intérêt est fixé à 30 % du coût de la rénovation pour les propriétés situées dans une zone géographique sauvegardée et 22 % pour celles qui se trouvent dans une zone de protection du patrimoine architectural. Les frais pris en compte restent dans la limite des 100 000 euros.